Les phoques de lArctique touchés par une maladie mystérieuse

by ,

first_imgLes phoques de l’Arctique touchés par une maladie mystérieuseDepuis juillet, une maladie encore non identifiée affecte et tue les phoques le long de la côte de l’Alaska ainsi qu’au Canada et en Russie. Celle-ci se manifeste par des lésions cutanées et a déjà touché plus de cent de ces animaux. C’est un mal inconnu qui semble se répandre de plus en plus chez les phoques de l’Arctique. Vendredi, le Bureau national américain de la pêche en mer (NMFS) a en effet expliqué que depuis juillet, d’étranges symptômes avaient été observés sur ces mammifères tout le long de la côte de l’Alaska. Des symptômes qui ont par la suite également été constatés chez les mêmes animaux en Russie et au Canada. À lire aussiDengue : symptômes, traitement, prévention, où en est-on ?D’après les observations des scientifiques, les phoques annelés ou phoques marbrés sont les plus touchés par cette affection qui se manifeste notamment par des lésions cutanées. Jusqu’ici, au moins 107 cas de phoques contaminés ont été dénombrés depuis juillet sur la côte de l’Alaska. Parmi ceux-ci, environ cent avaient apparemment des lésions sur leur peau et près de la moitié ont été découverts morts ou sont morts peu après avoir été trouvés, précise le NMFS. Les corps des mammifères montraient alors tous des pertes notable de poils, un retard pour muer et des ulcères cutanés ainsi que des lésions importantes dans leur système lymphatique, les poumons, le foie et le coeur. Par ailleurs, avant qu’ils ne meurent, tous étaient léthargiques et respiraient avec difficulté.  Une maladie qui touche plusieurs pinnipèdes ?  En vérité, une perte de poil anormale avait déjà été signalée chez cette espèce de phoques et fait l’objet de recherches depuis plusieurs années. Mais les chasseurs et scientifiques ont commencé à observer davantage de symptômes inquiétants de cette maladie ainsi qu’un nombre grandissant de cadavres. De plus, l’affection a également été constatée chez des morses en Alaska, laissant supposer, sans certitude pour autant, qu’elle pourrait toucher plusieurs espèces de pinnipèdes, la famille regroupant les phoques, les otaries et les morses.  Pour l’heure, la maladie reste un véritable mystère tandis que les analyses ne se sont pas révélées assez concluantes pour en déterminer la cause. Un groupe international de chercheurs continue donc à faire des tests sur un large éventail de facteurs possibles dont une bactérie, un virus, un champignon ou des agents toxiques. Le 17 octobre 2011 à 20:07 • Maxime Lambertlast_img

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *